ORSZCA Launch – Panel Discussion

<< Back

Led by Dr Alison Morgan (GFF), Audrey Battu (CHAI) and Malia Boggs (USAID)


In this session our panelists responded to, and re-engaged the speakers, and added their experience and organisation’s role in fighting diarrhoeal disease.
>> Key points
>> Points principaux


Key points

The challenge and opportunities for change:

  • 54 countries are off track to meet the SDGs for under-five mortality. More than 400,000 children under the age of 5 still die of diarrhea every year. Incremental and systemic change is needed; not “business as usual”.
  • The change in the WHO Essential Medicines List to recommend co-packaged ORS and zinc presents an exciting opportunity for a step change in the treatment of diarrhoea; a “global teachable moment”.
  • However, the broader context (optimal nutrition, immunisation, clean water, sanitation and hygiene) must also be taken into account, with “coordinated and comprehensive approaches” that include “policy support, supply chain and demand “.
  • Broader partnerships at global, national, state and local levels can help ensure an enabling environment for the roll-out of high-quality, low-osmolarity ORS and zinc treatments.
  • Support for ORS and zinc supplies from the Reclaim the Gains campaign, an initiative of the Global Financing Facility (GFF), could help half a billion children over the next 4 years.
  • The impact will come from the targeting of resources; focusing on “lagging countries” where the burden of diarrhea is highest, and pockets of poverty with low ORS/Zinc coverage and high mortality.

We know that the ORSZCA work plan is “doable”.

Co-packaging: evidence et lessons

  • Early evidence of co-packaging (eg India, Zambia) is compelling; innovative co-packaging can improve ordering and storage, distribution, correct use and adherence.
  • More evidence is needed: improved high quality data collection, analysis, national and subnational dashboards, implementation research, adaptive design for co-packing. ORSZCA can play a key role in promoting research; gather evidence; dissemination and sharing of experiences.
  • Lessons on institutionalizing processes, promotion and advocacy will be invaluable for countries to learn from and adapt to their own context.
  • It is important to build on and strengthen what already exists at all levels: for example with regard to IMCI, working groups and partnerships, funding, local and global supply, technology transfer opportunities.
  • Remaining barriers to overcome:
    • a favorable policy environment; recategorising zinc as “over the counter”
    • cost and accessibility
    • provider practices
    • appropriate products
    • improved adherence
    • education and training to build health provider knowledge and skills
    • consumer and supplier demand.
  • Rolling out effective messaging can be transformational: demonstration projects, health worker training, educational and packaging materials, effective mass media and marketing jingles; interpersonal communication.
  • Conversely, it is vital to tackle the aggressive mis-marketing of non-recommended treatments (eg antibiotics, breastmilk supplements).
  • Government leadership is needed, as well as technical assistance from donors and key agencies (eg UNICEF, USAID, CHAI, etc.) to scale up co-packing in LMICs.
  • Private sector engagement (local manufacturing, responsible marketing, pediatric services) will be vital.

<< Back


Points principaux

Le défi et les opportunités de changement

  • 54 pays sont en retard pour atteindre les ODD pour la mortalité des enfants moins de cinq ans.  Plus de 400 000 enfants de moins de 5 ans meurent encore chaque année de diarrhée. Un changement progressif et systémique est nécessaire; pas “comme d’habitude”. (MB, AB)
  • Le changement dans la liste des médicaments essentiels de l’OMS pour recommander des SRO et du zinc co-emballés présente une opportunité passionnante pour un changement radical dans le traitement de la diarrhée ; un « moment propice à l’apprentissage de la santé mondiale » (AM)
  • Cependant, le contexte plus large (nutrition optimale, vaccination, eau potable, assainissement et hygiène) doit également être pris en compte, avec des « approches coordonnées et globales » qui incluent « le soutien aux politiques, la chaîne d’approvisionnement et la demande ». (MB, AB)
  • Des partenariats plus larges aux niveaux mondial, national, étatique et local peuvent aider à garantir un contexte favorable au déploiement des traitements de haute qualité, de SRO à faible osmolarité et de zinc.
  • Le soutien à l’approvisionnement en SRO et en zinc de la campagne Reclaim the Gains, une initiative du Mécanisme de Financement Mondial (GFF), pourrait aider un demi-milliard d’enfants au cours des 4 prochaines années.
  • L’impact viendra du ciblage des ressources ; en se concentrant sur les « pays en retard » où le fardeau de la diarrhée est le plus élevé, et les poches de pauvreté avec une faible couverture en SRO/Zinc et une mortalité élevée
  • Nous savons que le plan de travail de l’ORSZCA est “réalisable”. (AB)

Co-packaging: evidence et leçons

  • Les premières preuves de co-emballage (par exemple, l’Inde, la Zambie) sont convaincantes ; le co-emballage innovant peut améliorer la commande et le stockage, la distribution, l’utilisation correcte et l’adhésion thérapeutique.
  • Plus de preuves sont nécessaires : amélioration de la collecte de données de haute qualité, analyse, tableaux de bord nationaux et infranationaux, recherche sur la mise en œuvre, conception adaptative pour le co-emballage. L’ORSZCA peut jouer un rôle clé dans la promotion de la recherche ; rassembler des preuves; la diffusion et partage d’expériences.
  • Les leçons sur l’institutionnalisation des processus, sur la promotion et le plaidoyer seront inestimables pour que les pays puissent en tirer des enseignements et les adapter à leur propre contexte.
  • Il est important de capitaliser et de renforcer ce qui existe déjà à tous les niveaux : en ce qui concerne par exemple PCIME, groupes de travail et partenariats, financement, offre locale et globale, opportunités de transfert de technologie.
  • Il reste des obstacles à surmonter :
    • un environnement politique favorable; recatégoriser le zinc comme « en vente libre »
    • coût et accessibilité
    • pratiques des prestataires
    • des produits adaptés
    • amélioration de l’adhérence
    • éducation et formation pour renforcer les connaissances et les compétences des prestataires
    • la demande des consommateurs et des fournisseurs.
  • Le déploiement de messages efficaces peut être transformationnel : projets de démonstration, formation des agents de santé, matériel pédagogique et d’emballage, médias de masse et commercialisation efficaces; la communication interpersonnelle.
  • Inversement, il est vital de s’attaquer à la mauvaise commercialisation agressive des traitements non recommandés (par exemple, les antibiotiques, les suppléments de lait maternel).
  • Le leadership du gouvernement est nécessaire, ainsi que l’assistance technique des donateurs et des agences clés (par exemple, l’UNICEF, l’USAID, la CHAI, etc.) pour intensifier le co-emballage dans les PRFI.
  • L’engagement du secteur privé (fabrication locale, marketing responsable, services pédiatriques) sera vital.

<< Back

Making co-packaged ORS and Zinc the "go to" treatment for childhood diarrhoea

English